Centre d’enfouissement de Bure :
l’impossible preuve scientifique de la sûreté
Envoi de Jacques Maudoux (lecteur Belge du Monde)

«Le Monde » a eu accès à la thèse d’un chercheur qui a étudié la gestion des incertitudes entourant stockage des déchets nucléaires de la Meuse (par Pierre Le Hir)

C’est un document embarrassant pour les promoteurs du Centre industriel de stockage géologique (Cigéo) visant à enfouir, dans le sous-sol argileux du village de Bure, dans la Meuse, les déchets nucléaires français les plus dangereux. Il décrit comment l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra), faute de pouvoir démontrer de façon formelle la sûreté de cette installation pendant des centaines de milliers d’années, consacre ses efforts à convaincre les instances de contrôle du nucléaire de la faisabilité d’un tel stockage. Quitte à présenter certains de ses résultats de façon orientée ou lacunaire. Au-delà de cet établissement public, placé sous la tutelle des ministères chargés de l’énergie, de la recherche et de l’environnement, c’est aussi la chaîne d’évaluation de la sûreté nucléaire en France qui est questionnée.

Ce document, que Le Monde a pu lire, est une thèse de 470 pages, soutenue le 11 décembre 2017 dans le cadre de l’Ecole des hautes études en sciences sociales et intitulée : « Enfouir des déchets dans un monde conflictuel, une histoire de la démonstration de sûreté de projets de stockage géologique, en France ».

Son auteur, Leny Patinaux, historien des sciences, a été pendant trois ans, de novembre 2012 à octobre 2015, salarié de l’Andra, qui a financé ce travail et lui a donné accès à ses archives. Parmi les membres du jury figure un membre de la direction de la recherche et du développement de l’agence, ce qui confère à son travail une forme de reconnaissance officielle.

« Construire un scénario »

L’universitaire, qui revient sur la genèse du choix de l’enfouissement pour les déchets à haute activité et à vie longue et sur les recherches engagées à cette fin, explique qu’«à partir des années 2000, l’impossibilité épistémique [c’est-à-dire au regard de la connaissance scientifique actuelle] d’apporter une preuve de la sûreté d’un stockage est reconnue par l’Andra », aucun modèle scientifique ne pouvant simuler l’évolution du site sur des centaines de millénaires.

Dès lors, poursuit-il, «la démonstration de sûreté de Cigéo ne s’apprécie pas en fonction de sa justesse, mais en fonction de sa capacité à convaincre ses évaluateurs. En particulier la Commission Nationale d’Evaluation des recherches et études relatives à la gestion des matières et des déchets radioactifs (CNE), l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) et l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN). Il s’agit pour l’Andra de produire non pas une preuve de type mathématique, mais «un faisceau d’arguments », voire de «construire un scénario comme on raconte une histoire ».

Un scénario que, sur certains points, l’Andra semble avoir écrit à sa convenance. C’est du moins ce qui apparaît dans le compte rendu que fait le thésard de plusieurs réunions techniques, dites «revue finale des modèles et des données » auxquelles participaient une vingtaine de salariés de l’agence relevant des directions de la maîtrise des risques, de la recherche et du développement, des programmes, de l’ingénierie et du projet Cigéo. L’auteur a pu assister à plusieurs de ces sessions, entre juillet et décembre 2013, mais n’a pas été autorisé à suivre la dernière.

Le chapitre relatant ces réunions est celui qui pose le plus question. Lors de la présentation des documents, l’Andra indique qu’«il y a un travail de “toilettage” [à faire] pour mieux expliciter certaines incertitudes, leur mettre un poids relatif et ainsi éviter toutes ambiguïtés d’interprétation. Cela, analyse l’auteur, parce que «responsables de la revue anticipent la possibilité d’une controverse publique », au potentiel «effet dévastateur.

Lors de l’examen des circulations gazeuses dans la couche argileuse endommagée par les excavations –susceptibles d’entraîner une fracturation de la roche –, un dirigeant déclare «on a été un peu light dans les docs, volontairement. Si l’IRSN est tatillon là-dessus (...), on est limite.Commentaire de l’auteur : «ici, la discrétion est envisagée comme solution pour gérer l’incertitude (...) Omettre la présentation des calculs effectués doit permettre d’éviter de montrer que les salarié.e.s de l’Agence n’ont pas une connaissance très fine de l’évolution de la pression dans les ouvrages de stockage.

S’agissant de l’impact radiologique du stockage, un directeur adjoint redoute qu’avec les hypothèses retenues, en se plaçant dans le pire des cas («worse case »), la limite réglementaire soit dépassée. Ce à quoi un autre responsable rétorque : « ça se négocie ce worst case. »  Autrement dit, décrypte l’auteur, «il n’y a pas lieu de s’inquiéter outre mesure que l’impact radiologique du stockage dépasse la norme autorisée : les hypothèses sretenues dans la pire des évolutions possibles envisagées pour le stockage relèvent d’un choix et, de ce fait, elles peuvent être négociées.

A cela s’ajoute une connaissance très imparfaite des «colis » de déchets dévolus à Cigéo, qu’il s’agisse des radionucléides qu’ils contiennent ou de leur conditionnement. Ce qui oblige les chercheurs de l’Andra à affecter un «degré de confiance »aux données communiquées par les producteurs – EDF, Orano (ex-Areva) et le Commissariat à l’énergie atomique – et à déterminer des «facteurs de marges ». Il s’avère, écrit l’auteur, que «pour plus de la moitié des déchets destinés au stockage, les salarié.e.s de l’agence estiment que les connaissances dont ils disposent sont mauvaises ou nulles.

Thèse à charge ?

Elle est loin d’être univoque. « Les questions et les doutes présentés ne doivent pas faire oublier que l’Andra a capitalisé un nombre important de connaissances, souligne l’auteur. Il ne s’agirait pas non plus de penser que toutes les connaissances sur le stockage font l’objet d’incertitudes aussi fortes ». Le rédacteur relève du reste que, face à certaines inconnues, les ingénieurs de l’Andra ont fait le choix de « scénarios enveloppe », c’est-à-dire prenant en compte les hypothèses les plus défavorables pour la sûreté.

« Bricolage »

« Finalement« écrit-il, l’ensemble de ces éléments apporte des garanties que l’Andra a fait tout ce qu’elle a pu pour concevoir un stockage sûr et évaluer la sûreté de l’ouvrage. Toutefois, ajoute-t-il, «lorsque l’Agence doit produire une analyse de sûreté globale, l’arrangement des savoirs produits en un ensemble cohérent montre néanmoins un certain bricolage.

Sollicité par Le Monde, Leny Patinaux n’a pas souhaité ajouter de commentaires à son travail. De son côté, l’Andra ne conteste pas les éléments rapportés dans cette étude qui, note-t-elle, «travail d’histoire des sciences sur la gestion des incertitudes, qui est au cœur des problématiques et de la vie quotidienne de l’Andra, compte tenu du temps long des stockages. Selon l’agence, «cette thèse rend compte de la démarche robuste mise en œuvre par l’Andra dans son travail de démonstration de sûreté ». Sur «de telles échelles de temps, développe-t-elle, on ne peut pas se limiter à des démonstrations purement scientifiques Il y faut une approche «intégrant un faisceau de connaissances scientifiques, mais aussi d’incertitudes.

L’agence revient, point par point, sur les passages susceptibles de remettre en question la validité de son travail. «il est nécessaire que les choix soient pris dans le cadre de débats en interne et en externe avec les évaluateurs et les autorités de contrôle (IRSN, ASN). C’est ce qu’il faut entendre par “convaincre les évaluateurs” », y explique-t-on. Quant au «toilettage » des documents préconisé, avant leur diffusion, elle est ainsi justifiée : « L’objectif des débats menés en interne est de «“challenger” la robustesse des argumentaires pour bâtir une évaluation de sûreté solide, et de hiérarchiser les incertitudes au regard de leur impact (...). Cela demande un travail rigoureux d’écriture et de hiérarchisation. C’est sans doute ce qu’il y a derrière le mot “toilettage”.

« Certains arguments peuvent être jugés comme insuffisants ( ou light), cela ne veut pas dire que l’incertitude n’a pas été traitée, mais qu’elle pourra faire l’objet de demande d’approfondissement par les évaluateurs, poursuit l’Andra. Là encore, rien n’est caché ». Enfin, au sujet des hypothèses sélectionnées dans le « pire des cas », elle affirme que tous les scénarios et hypothèses sont mis «sur la table », ceux retenus comme ceux exclus. Et de préciser « Ce ne sont pas des scénarios probables qui permettent de dimensionner l’installation, mais des scénarios très improbables qui ont pour but de tester la robustesse, la résilience de la sûreté du stockage en allant aux limites du physiquement possible (...) Ces scénarios donnent lieu à un débat interne comme externe avec l’IRSN et l’ASN.

Dossier consolidé

Reste à savoir, justement, si le contrôle exercé par l’IRSN et l’ASN a pu être pris en défaut par « l’arrangement des savoirs » – pour reprendre une formule de la thèse – construit par l’Andra. En clair, ces deux organismes vont-ils devoir instruire de nouveau le dossier de Cigéo, sachant que c’est sur l’expertise scientifique et technique du premier que s’appuie le gendarme du nucléaire pour rendre ses avis et donner ses autorisations ?

«En première analyse, non », répond François Besnus, directeur de l’environnement à l’IRSN, qui souhaite néanmoins « prendre le temps d’étudier très attentivement » cette thèse. «Dans le processus interne de débat, il est normal que des avis contradictoires s’expriment, juge-t-il. Nous-mêmes procédons de la même façon sur l’analyse de risques, en mettant le curseur très haut et très bas, puis en retenant les hypothèses les plus raisonnables ».

Il ajoute de surcroît : «L ’IRSN ne se fonde pas seulement sur les dossiers de l’Andra. Les données et les résultats qu’elle met sur la table sont la plupart du temps cohérents avec nos connaissances propres et nos modélisations. Un grand nombre de ces données sont d’ailleurs issues de la recherche publique ». Ce qui écarte donc, a priori, la possibilité de biais délibérés, dans les résultats soumis.

Au demeurant, la thèse fait état de réunions tenues en 2013. L’Andra a pu, depuis, consolider son dossier « d’options de sûreté , sur lequel l’ASN a rendu, le 15 janvier, son avis définitif.Son président, Pierre-Franck Chevet, a qualifié le dossier de «très bon », tout en demandant à l’Andra de « revoir sa copie » par rapport au risque d’incendie de 40000 colis de déchets enrobés dans du bitume, et de « l’améliorer » vis-à-vis de la tenue du stockage souterrain, face aux séismes notamment.

Les opposants au centre d’enfouissement de Bure verront sans doute, dans ce document, la preuve de la « fabrique du mensonge » que constitue, à leurs yeux, le projet Cigéo. Il dévoile, plus simplement, comment la gestion des déchets radioactifs est aussi celle – à haut risque – des incertitudes.

https://www.ehess.fr/fr/soutenance/enfouir-déchets-nucléaires-dans-monde-conflictuel-histoire-démonstration-sûreté-projets

Soutenance de thèse
Enfouir des déchets nucléaires dans un monde conflictuel. Une histoire de la démonstration de sûreté de projets de stockage géologique, en France (1982-2013)
De Leny Patinaux - Centre Alexandre Koyré - CAK
Résumé

Le temps de la décroissance de l'activité radioactive de certains radionucléides contenus dans les déchets nucléaires, en dessous d'un seuil considéré comme acceptable, se compte parfois jusqu'en centaines de milliers d'années. Comment les salarié.es de l'Agence Nationale pour la gestion des Déchets Radioactifs (Andra) montrent la sûreté d'un dépôt géologique de ces déchets sur de telles temporalités ? C'est à cette question qu'entreprend de répondre cette thèse, à partir d'une étude des archives de cette agence et d'observations menées au sein de celle-ci. Cette thèse est d'abord une histoire sociale des pratiques savantes mobilisées,

depuis les années 1980 jusqu'à 2013, pour étudier l'évolution d'un stockage (géologie, étude des matériaux, simulation numérique...). Elle analyse également le rôle de la recherche dans le gouvernement de l'aval du cycle nucléaire depuis la loi de 1991 qui, en France, encadre la gestion des déchets nucléaires. Bien que l'évacuation géologique soit la seule solution de gestion envisagée pour les déchets radioactifs, la dissociation entre les recherches menées dans le laboratoire souterrain de Bure et leur finalité a permis à l'Andra de s'implanter localement. Cependant, l'Andra se heurte à l'impossibilité épistémique d'appréhender exhaustivement l'évolution d'un stockage sur des centaines de milliers d'années. Désormais, les recherches accompagnent l'implantation du stockage, transformant sans cesse la compréhension de son comportement. Alors que la démonstration publique de la sûreté d'un stockage devient une condition d'acceptation d'un tel ouvrage, l'Andra abandonne peu à peu la prétention à produire une preuve formelle sur le modèle d'une démonstration mathématique : à partir des années 2000, la sûreté repose sur un « faisceau d'arguments » apportant la garantie d'une certaine maîtrise de l'évolution du stockage. Enfin, cette thèse montre au prix de quelles hypothèses la gestion des déchets nucléaires a été promue, durant les années 2000, comme un exemple parfait de démocratie technique.

Jury :
* M. Dominique Pestre (Directeur de thèse),EHESS
* M. Luis Aparicio, Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (ANDRA)
* Mme Soraya Boudia, Université Paris Descartes
* M. Claude Gilbert, CNRS
* Mme Gabrielle Hecht,Stanford University
* M. Sezin Topçu, CNRS

http://www.liberation.fr/.../une-these-sur-limpossibilite-dapporter-une-preuve-de-la-surete-du-projet-cigeo-a-bure 07/02/2018

Une thèse sur l'impossibilité
«d’apporter une preuve de la sûreté»
du projet Cigéo à Bure

Le Monde résume les travaux d'un chercheur qui portent sur le stockage des déchets nucléaires prévu à Bure dans la Meuse. Leny Patinaux, historien des sciences, a soutenu sa thèse au mois de décembre. Il a été «pendant trois ans, de novembre 2012 à octobre 2015, salarié de l'Andra [l'agence nationale qui gère le projet Cigéo, ndlr], qui a financé ce travail et lui a donné accès à ses archives», précise le titre.

Selon le chercheur, «à partir des années 2000, l'impossibilité épistémique d'apporter une preuve de la sûreté d'un stockage est reconnue par l'Andra». L'agence, en dépit de ses efforts de communication, serait ainsi dans l'impossibilité de prouver scientifiquement la sûreté du projet...

D'après les écrits cités par le quotidien, Leny Patinaux explique que «finalement, l'ensemble de ces éléments apporte des garanties que l'Andra a fait tout ce qu'elle a pu pour concevoir un stockage sûr et évaluer la sûreté de l'ouvrage», mais, «lorsque l'Agence doit produire une analyse de sûreté globale, l'arrangement des savoirs produits en un ensemble cohérent montre néanmoins un certain bricolage».