DECHETS, PIECES DEFECTUEUSES, Maintenance difficile, Contrôle qualité en cours de reprise

EDITORIAL

L’assemblée Générale du GSIEN s’est tenue fin janvier et bien sûr vous en avez le CR dans les pages qui suivent.

Je vais y ajouter la conclusion d’un débat qui s’est tenu le 3 décembre 1977.

1) Le rôle premier du GSIEN est d’informer le public des problèmes soulevés par le programmeélectronucléaire actuel, pour en préciser les risques et les dangers ;

2) La démarche de Gsien visera à favoriser un plan énergétique cohérent. Pour ce faire, deux étapes semblent indispensables ;

*un débat contradictoire avec l’ensemble de la population doit permettre de dégager aux yeux de tous, les problèmes de l’industrie nucléaire ;

* une analyse des besoins en énergie et des différents moyens possibles à mettre en œuvre autorisera le choix réel d’un programme énergétique cohérent ;

3) Le travail du GSIEN se fera en collaboration avec tous les groupes soucieux de développer une information du public, pour que celoi-ci participe au débat sur l’énergie nucléaire en particulier, et sur un programme énergétique en général.

Le GSIEN a été important, mais l’avatar des forges met an péril aussi bien Areva (Oreno) qu’EDF

Il me semble que, malgré les efforts de tous, des pièces forgées non conformes ont été livrées (et ce depuis les années 1960).

En conséquence il est temps de mobiliser les député-e-s, car ce n’est pas l’ASN qui décide, mais le ministère qui signe l’arrêt d’un réacteur.

De toute façon ce fonctionnement incorrect des forges touche les 58 réacteurs du parc actuel : d’où le travail actuel d’Edf.

Les premières investigations menées en 2016 sur ces dossiers ont permis d’identifier 89 irrégularités portant sur les réacteurs en fonctionnement d’EDF. L’ASN a demandé à EDF d’étendre la revue à l’ensemble des dossiers de fabrication des composants forgés dans cette usine.

Cette revue étendue a pour objectif de détecter tout élément constituant un écart, soit par rapport aux exigences du référentiel technique choisi par le fabricant ou aux exigences internes à l’usine, soit aux exigences contractuelles ou réglementaires applicables au moment de la fabrication. Cette revue se poursuivra jusqu’au 31 décembre 2018.

Passons maintenant à l’état du parc vu par l’IRSN :

Séisme de Saint-Hilaire-de-Voust (Vendée)– Le 14/02/18

Lundi 12 février 2018, à 4h08 heure locale, un séisme de magnitude modérée (entre 4,6 et 4,8 sur l'échelle de Richter) s’est produit à Saint-Hilaire-du-Voust, entre Poitiers et La Roche-sur-Yon.

Le Bureau d'évaluation des risques sismiques pour la sûreté des installations (BERSSIN) de l’IRSN a rédigé une note d’information sur les caractéristiques de ce séisme.

-Les séismes recensés dans la région se produisent sur des failles héritées de la mise en place du massif armoricain, il y à 300 millions d’années, et réactivées depuis. -Dans un rayon de 50 km autour de l'épicentre du séisme survenu le 12 février 2018, la base de données IRSN recense 21 séismes de magnitude supérieure ou égale à 4,0 ;

-L'installation nucléaire la plus proche du séisme est l'irradiateur de Pouzauges, située à 20 km de l’épicentre. Lors du séisme, l’installation de Pouzauges était à l’arrêt et les sources d’irradiation étaient en position de sûreté au fond de la piscine d’entreposage, selon son exploitant. Celui-ci n’a relevé aucune incidence notable du séisme sur son installation ;

-Pour leurs parts, les centrales nucléaires EDF de Chinon et Civaux sont situées respectivement à 85 et 100 km de l’épicentre. Compte tenu des distances plus importantes et de la magnitude modérée du séisme, aucun effet n’est attendu à Chinon et Civaux.

-Focus sur Gravelines : une consultation en cours concernant les rejets de la centrale et ses prélèvements dans l'environnement (qui s'arrête lundi 20), et un avis de l'ASN sur l'arrêt du réacteur 2 de la centrale (après celui du réacteur 1 publié dans la newsletter précédente, qui n'était pas non plus flatteur). Pour rappel, le Rézo et 5 autres associations ont porté plainte en janvier contre EDF et le directeur de cette centrale (voir ci-dessous, rubrique Consultation du public).

-Gravelines– Le 08/02/18

L'unité de production n°1 a été reconnectée au réseau d'électricité le 7 février 2018 à 6h45. Elle avait été mise à l'arrêt le 3 février pour effectuer des contrôles et une intervention sur le transformateur principal, situé en partie non nucléaire de l'installation. Les équipes de la centrale ont procédé au remplacement d'un capteur de niveau défectueux sur le transformateur..

Les 6 unités de production de la centrale de Gravelines fonctionnent, à la disposition du réseau national d'électricité.

-Gravelines - limites de rejets

Consultation du public du 05/02/2018 au 20/02/2018

Projets de décision de l’Autorité de sûreté nucléaire relatives aux modalités de prélèvement et de consommation d’eau, de rejet dans l'environnement, de surveillance de l’environnement et fixant les limites de rejets des effluents liquides et gazeux des INB de la centrale nucléaire de Gravelines (EDF – Nord). ;.

-Gravelines: décision article 26, publiée le 13/02/1 ;

Décision n° CODEP-LIL-2018-007098 du Président de l’Autorité de sûreté nucléaire du 6 février 2018 autorisant Électricité de France (EDF) à modifier de manière notable les installations nucléaires de base no 96 et 97 situées dans la commune de Gravelines (Nord).

-Flamanville– Le 13/02/18

En 2017, elle a produit 13,83 milliards de kilowatts par heure (kWh) soit environ 3,6 % de la production nucléaire française. (...)En 2017, le taux de fréquence d’accidents (nombre d’accidents par million d’heures travaillées) s’est élevé à 2,68, soit 7 accidents ayant entraîné un arrêt de travail. (...) La dosimétrie individuelle maximum intégrée s’est élevée à 5,3 mSv en 2017. Quatre événements significatifs pour la radioprotection ont été enregistrés.l ’année 2017 a par ailleurs été marquée par une visite partielle de l’unité de production n°2. (...)L’année 2017 a également été marquée par un aléa sur l’alternateur de l’unité de production n°1. Cela a entraîné un arrêt de 135 jours et le changement du stator de l’alternateur.