Numéro dédié à nos amis
Jean VERGNE (décédé le 21-11-18)
et Théo LERAY (décédé le 25-9-18)

Théophile Leray

L’ami Théo nous a quitté le 25 septembre 2018.

Étudiants dans le même troisième cycle de « Physique théorique atomique et nucléaire », nous sommes arrivé comme stagiaires en octobre 1958 dans le laboratoire de Francis Perrin, au Collège de France.

Dès le lancement de l’appel des 400, en février 1975, il fut un des moteurs du mouvement.

Suite à l’arrivée à la présidence de François Mitterrand, il oeuvra au sein de la CFDT pour la création de l’AFME (Agence Française pour la Maîtrise le l’Energie), devenue depuis ADEME. Il fut nommé chef de cabinet de Michel Roland, premier Président de l’agence.

Puis le vent ayant tourné, il est revenu à la physique au sein du laboratoire.

Après avoir géré les budgets d’isolation des immeubles « passoire thermique » de la vague de construction du début des années 60, il s’est frotté aux aléas des expériences de physique haute énergie sur les accélérateurs du CERN.

Ses liens syndicaux assurèrent la jonction avec des syndicalistes du CEA, d’EDF, de Framatome, ce qui nous a permis de monter en puissance dans les domaines techniques et économiques.

Breton de « Basse Bretagne », il fut de tous les combats autour du projet du Pellerin, puis du Carnet.

Une fois à la retraite, avec son épouse Nicole, il créa une « université populaire » dans la région d’Antony.

Adieu Théo l’ami et vieux complice.

Jean Vergne

Notre ami Jean nous a quitté le 28 novembre 2018.

C’était un des anciens membres du laboratoire du Collège de France, où nous avons travaillé pendant toute notre carrière professionnelle.

Lors du lancement de l’appel des 400, en 1975, il s’était joint à nous, et depuis il ne nous avait jamais quitté.

Les racines familiales l’avaient amené à avoir comme « base arrière » Audierne, ce qui tout naturellement l’avait impliqué dans la saga de Plogoff commencée en 1976.

Dès nos premières assemblées générales du GSIEN, tenues dans la salle de conférence du laboratoire, puis en divers lieux, pour aujourd’hui se tenir rue d’Alsace, il s’éclipsait de la salle de réunion pour devenir le Grand Préparateur de nos buffets campagnards, remarquables et remarqués de tous nos fidèles participants.

Son fils Arnaud, brillant juriste, également membre de notre groupement, nous aide à éclaircir les points juridiques souvent obscurs.

Il va assurer la continuité de la présence d’un Vergne dans le GSIEN.

Adieu Jean, tu nous manques déjà.

Avec Théo Leray et Jean Vergne, nous perdons deux de nos plus anciens amis et complices, toujours présents dans la lutte pour une information honnête, luttant contre la propagande des lobbies du nucléaire.

Que leurs familles reçoivent nos plus sincères condoléances.

Raymond Sené