Risque nucléaire : les préfets tenus de finaliser les plans d'intervention avant juin 2019

EDITORIAL

La révision des plans particuliers d'intervention (PPI) autour des centrales nucléaires s'est quelque peu enlisée. C'est pourquoi le ministère de l'Intérieur a adressé le 1er août une instruction aux préfets leur rappelant leurs objectifs en la matière. Des objectifs contenus dans une instruction d'octobre 2016 qui présentait le tort de ne pas mentionner d'échéance pour leur réalisation. Les préfets des centrales "engagent" le ministère de l'Intérieur, avertit ce dernier à l'attention des préfets..Le périmètre du PPI doit passer de 10 à 20 km ce qui est une évolution majeure.

Des objectifs contenus dans une instruction d'octobre 2016 qui présentait le tort de ne pas mentionner d'échéance pour leur réalisation. Les préfets des centrales "engagent" le ministère de l'Intérieur, avertit ce dernier à l'attention des préfets.

Les nouveaux PPI doivent intégrer trois évolutions majeures. Leur périmètre doit passer de 10 à 20 km, ce qui change les campagnes de distribution d’iode.

Même si certains pensent qu’il faut continuer le nucléaire et surtout la voie EPR . Il faut de fait diversifier les sources pour éviter de se trouver dans une situation difficile : les réacteurs vieillissent et ont des problèmes liées à cette évolution inéluctable. L’EPR prévu comme une merveille pose des problèmes liés au perte de savoir. C’est très grave car nous serons bientôt avec des prestataires qui ne seront pas formés et donc dans l’incapacité de faire des travaux de maintenance. Si EDF veut garder son parc en état, il faut revoir les connaissances des travailleurs.

Ce numéro essaie de faire un point sur les problèmes.

Le CEA-Saclay a été sommé de mieux gérer ses effluents et doit procéder aux reprises des effuents entreposés dans 2 cuves parmi les 7 existantes (MA501 et MA 507 du bâtiment Réservoir).

Quant à l’EPR : il passe de problémes en problémes : soudures défectueuses, vol de cadenas, cuve avec des défauts. Ce réacteur coûtera une fortune, mais pourra juste servir d’apprentissage pour le démantélement. Cela rappelle Super phénix.

Quant à Fessenheim, les réacteurs ne sont toujours pas à l’arrêt.

Pourtant les réacteurs vieillissent et beaucoup vont avoir besoin d’une Visite Décennale qui sera une VD4, mais peut-on faire fonctionner les réacteurs au-delà de 40 ans, même en essayant « un grand carénage » . difficile de répondre

Il est prudent de s’en remettre à d’autres sources de production (éolien, géothermie, bois, barrage, et autres moyens non polluants et surtout pas du CO2…..)

En tout cas nous essayons de continuer à publier la gazette et nous souhaitons vos contributions et votre réabonnement

A bientôt ;