Dossier GSIEN
Corrosion sous contrainte générique de l’acier inoxydable
Communiqué EDF du 15/12/2021

Des fissures ont été détectées au niveau des soudures de coudes du circuit d’injection de sécurité (RIS) de plusieurs tranches nucléaires. Le circuit de refroidissement à l’arrêt (RRA) pourrait être touché.

Le RIS est un circuit de sauvegarde classé Équipement important pour la sûreté (EIS). Il permet d’injecter de l’eau dans la cuve du réacteur en cas d’accident de perte de réfrigérant primaire. Cette eau, additionnée de bore, va dans une certaine mesure permettre le refroidissement de secours du cœur et l’arrêt de la réaction nucléaire. Mais un circuit de secours fissuré peut être le point de départ de l’accident tant redouté...


Connexion du système d’injection de sécurité à la branche froide d’une boucle du circuit primaire principal
(Source IRSN)

A mi-mars, les quatre réacteurs du palier N4 (Civaux et Chooz) et un réacteur de 1300 MWe (Penly 1) sont à l’arrêt et sont concernés par le problème. Selon EDF, six autres réacteurs vont être arrêtés sous trois mois afin d’être contrôlés avec des « moyens optimisés » : Bugey 3 et 4, Cattenom 3, Chinon 3, Flamanville 1 et 2.

De plus, le « phénomène de corrosion sous contrainte » concernerait également « les tuyauteries du système de refroidissement à l’arrêt (RRA) », comme l’ASN le laisse entendre dans sa note d’information du 24/02/2022.

Avant l’analyse du GSIEN, voici quelques informations sur le sujet.

***

Réacteurs des centrales nucléaires de Civaux et de Chooz : remplacements et contrôles préventifs de parties de tuyauteries d’un circuit de sauvegarde

Communiqué de presse d’EDF du 15 décembre 2021

Lors de contrôles de maintenance préventive sur le circuit primaire du réacteur n°1 de la centrale nucléaire de Civaux (Vienne), programmés dans le cadre de sa visite décennale, des défauts ont été détectés à proximité de soudures des tuyauteries du circuit d’injection de sécurité (RIS). L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a été informée dès leur détection.

Des contrôles initiés sur les mêmes matériels du réacteur n°2 de la centrale nucléaire de Civaux ont fait apparaître des défauts similaires.

Aujourd’hui, le remplacement des pièces concernées a été décidé sur les deux réacteurs de Civaux, dans le cadre d’une instruction technique en lien avec l’ASN, ce qui conduit à prolonger les arrêts des deux réacteurs.

Les quatre réacteurs des centrales de Chooz (Ardennes) et de Civaux sont de même technologie et constituent le palier N4 du parc nucléaire français. En tant qu’industriel responsable et par mesure de précaution, EDF a donc pris la décision d’arrêter les deux réacteurs de la centrale de Chooz afin de procéder à titre préventif à ces mêmes contrôles sur le circuit RIS, ces contrôles ne pouvant être réalisés que lorsque les réacteurs sont à l’arrêt. Le réacteur n°2 de la centrale de Chooz sera mis à l’arrêt le jeudi 16 décembre et le réacteur n°1 de la centrale de Chooz sera mis à l’arrêt le samedi 18 décembre.

Ces contrôles, ainsi que le déploiement de la solution technique sont réalisés en lien étroit avec l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN).

https://www.edf.fr/